ESTIMATION RAPIDE ET GRATUITE

Un expert répond à toutes vos questions,
analyse votre dossier et vous propose un accompagnement.
Montant du prêt
Date de souscription
Taux d’Intérêt
Durée en année
calculer un pret immobilier
TEG % Taux Effectif Global

1- Le Taux Effectif Global ou TEG 

C’est l’article 313-1 alinéa 1er du Code de la Consommation qui le défini. Le TEG doit intégrer tous les frais directs ou indirects nécessaires à l’obtention du prêt. Il doit donc intégrer le taux d’intérêt du prêt ou taux nominal, les frais de dossier, les parts sociales, le coût de l’assurance obligatoire qu’elle soit déléguée ou faite dans la banque, les frais de garantie (hypothèque, privilège du préteur de deniers (PPD), caution)… 
Le TEG erroné est un élément essentiel. C’est ce taux qui représente le coût réel du prêt et permet au consommateur de comparer les différentes offres de prêt.
Le TEG d’un prêt est un taux annuel proportionnel au taux de période, à terme échu et exprimé pour cent unités monétaires. Ajoutons que le taux de période et la durée de la période doivent être expressément communiqués à l’emprunteur. Par exemple, si vous avez un TEG de 4 %, le taux de période mensuelle est de 4/12 = 0,33333 %.    

TEG erroné 

La première étude de votre prêt est 100% gratuite et sans engagement. Les frais de justice et d’avocats peuvent être couverts par une assurance – protection juridique.
calcul taux crédit

analyse

L’étude de votre contrat de prêt est réalisée gratuitement par un expert interne sous 2 semaines.

Rapport

Si votre prêt est non conforme, vous êtes informé de l’erreur et des montants récupérables.

Tribunal

Un avocat conteste le TEG de votre crédit devant les tribunaux et demande l’annulation des intérêts.

2- Le champ d’application 

La mention du TEG erroné dans le contrat de prêt ne dépend pas de la qualité de l’emprunteur et doit figurer, indépendamment de celui-ci, dans tous les contrats de prêt.
De plus, le TEG doit être communiqué à l’emprunteur dès la conclusion du contrat. 
Rappel :
  • En présence d’un crédit immobilier consenti à un consommateur, l’offre de prêt immobilier est soumis à l’article L.312-8 du Code de la consommation.  
  • En présence d’un contrat de prêt souscrit par un professionnel, l’offre de prêt est régi par les dispositions de l’article L.313-4 du Code monétaire et financier.   

3- Les éléments du TEG 

Le TEG erroné doit comporter tous les frais annexes qui ont été imposés par le prêteur pour obtenir le prêt. 
Ainsi, dans le calcul du TEG, les établissements bancaires doivent prendre en compte :  
– Les frais d’inscription ou de constitution de garanties
– Les frais d’information des cautions
– Les frais de souscription de parts sociales
– Les primes des assurances emprunteurs (décès, invalidité,…)
– Les commissions des courtiers et apporteurs de dossiers
– Les frais de dossiers,… 
banque pret immobilier

4- Les sanctions

Lorsque le TEG est absent ou lorsqu’il y a une erreur dans le calcul du TEG érroné (et selon le type de contrat), les sanctions applicables sont : 
  • Pour les prêts qui sont soumis au Code de la consommation, la sanction est la déchéance du droit aux intérêts. 
    • Crédits à la consommation : La déchéance est automatique. 
    • Crédits immobiliers :La déchéance peut être totale ou partielle et sera laissée à l’appréciation du juge. 
  • Pour les prêts non soumis au Code de la consommation, la sanction est la nullité de la stipulation des intérêts conventionnels. Pour résumer, le taux d’intérêt légal se substitue alors au taux conventionnel.  

Nous restons votre interlocuteur privilégié tout au long de la procédure.

5- La prescription

Le délai pour agir est de 5 ans… Mais faites attention !!!
Il ne faut jamais oublier que le point de départ diffère selon la nature du prêt :  
prêts soumis au Code de la consommation : Le point de départ est le jour où l’emprunteur a eu connaissance de l’erreur, soit le jour de l’expertise ET 20 ans maximum après l’obtention du prêt.
– prêts non soumis au Code de la consommation : Le point de départ court à compter de la signature de l’acte.
Les particuliers ont donc 5 ans à partir du moment de la découverte de l’erreur et 20 ans maximum avant la prescription.
Les professionnels ont 5 ans à partir de la signature de l’offre de prêt !