d
LA RÉVOLUTION DE 1848
29 août 2016

LE RETOUR A LA FRANCE EN NOVEMBRE 1918

nn

DES JOURS DE CONFUSION

D ans la plupart des villes et bourgs alsaciens (comme d’ailleurs dans toute l’Allemagne et surtout dans le port de Kiel), des militaires rebelles associés à des ouvriers se réunissent en « Conseils ». Des « Gardes civiques » sont formées pour assurer la sécurité publique. Des drapeaux rouges apparaissent. La confusion dure jusqu’à l’arrivée des troupes françaises.

LES RETROUVAILLES AVEC LES TROUPES FRANÇAISES

Du 16 au 27 novembre 1918, les troupes françaises victorieuses entrent en Alsace:
—le 17 à Mulhouse
—le 18 à Colmar
—le 22 à Strasbourg…
Après quatre années de tensions et de misères, l’allégresse populaire est immense. Surtout dans les villes, les rues sont noires de monde et débordent de drapeaux, de cocardes, de banderoles aux trois couleurs de la France.

DES EXTRAITS DU TRAITE DE VERSAILLES

Le chapitre du Traité de Versailles (28.6.1919) consacré à l’Alsace-Lorraine est introduit comme suit: Les Hautes Parties Contractantes, ayant reconnu l’obligation morale de réparer le tort fait par l’Allemagne en 1871, tant au droit de la France qu’à la volonté des populations d’Alsace et de Lorraine, séparées de leur Patrie malgré la protestation solennelle de leurs représentants à l’Assemblée de Bordeaux, sont d’accord sur les articles suivants :
Article 51.
Les territoires cédés à l’Allemagne en vertu des Préliminaires de Paix signés à Versailles le 26 février 1871 et du Traité de Francfort du 10 mai 1871, sont réintégrés dans la souveraineté française à dater de l’Armistice du 11 novembre.
Les dispositions des Traités portant délimitation de la frontière avant 1871 seront remises en vigueur.
Article 52.
Le Gouvernement allemand remettra sans délai au Gouvernement français les archives, registres, plans, titres et documents, de toute nature, concernant les administrations civile, militaire, financière, judiciaire ou autres, des territoires réintégrés dans la souveraineté française. Si quelques-uns de ces documents, archives, registres, titres ou plans avaient été déplacés, ils seront restitués par le Gouvernement allemand sur la demande du Gouvernement français.
Un document annexe précise les conditions de réintégration des Alsaciens-Lorrains dans la nationalité française.
Voici le paragraphe I de cette « Annexe » :
A dater du 11 novembre 1918, sont réintégrés de plein droit dans la nationalité française:
1.les personnes qui ont perdu la nationalité française par application du Traité franco-allemand du 10 mai 1871, et n’ont pas acquis depuis lors une nationalité autre que la nationalité allemande;
2.les descendants légitimes ou naturels des personnes visées au paragraphe précédent à l’exception de ceux ayant parmi leurs ascendants en ligne paternelle un Allemand immigré en Alsace-Lorraine postérieurement au 15 juillet 1870;
3.tout individu né en Alsace-Lorraine de parents inconnus ou dont la nationalité est inconnue.
Presque tous les Allemands sont expulsés avec des bagages limités à 40 kg et soumis à diverses vexations.

Comments are closed.